Les différentes fonctions et actions de la Fabrik permettent de développer un laboratoire d'usages nouveaux autour de l'apprentissage « par le faire  » où la concrétisation d’initiatives est favorisée par les capacités du « commun ».

Nous travaillons au croisement des savoirs qui est une des conditions pour faire société ensemble et permettre de s’enrichir les uns des autres en connectant les pratiques et les univers.

La Fabrik est un espace pour se ressourcer, créer, un lieu de pratique sociale, ici on fabrique, on diffuse et on partage de l’art, de la culture, de l'éducation populaire. On pense de nouveaux rapports au travail social, à la société.

Une université populaire

Se nourrissant des rencontres, des échanges, des travaux nous avons imaginé une université populaire injectant dans le lieu, un espace de réflexion permettant aux participants de se nourrir mutuellement du savoir et de l'expérience des autres.

 

 

Les savoirs universitaires, liés à l’analyse, la réflexivité, la rationalisation, permettent de faire des analyses structurées, de mesurer, de comparer, de faire des raisonnements logiques.

Les savoirs d’action sont liés à la capacité de chacun-e à modifier l’environnement qui l’entoure, à entrer en interaction avec des gens, à s’organiser pour faire quelque chose.

 Les savoirs artistiques sont liés à des pratiques d'expression personnelle (arts plastiques, musique, danse, théâtre,…), à des capacités d'observation et d'interprétation de la réalité et de l'imaginaire.

 Et enfin, il y a les savoirs de l’expérience vécue, qui s’accumulent au cours de l’existence, rarement reconnus comme une source de compréhension du monde, ils apportent pourtant un éclairage indispensable à la compréhension des phénomènes d’exclusion.

 Notre intention est donc de décloisonner des secteurs d'activité (éducation populaire, artistique, ESS, travail social) et de connecter ces savoirs dans l'idée de l’émergence de nouveaux modes d’action.